Pour toi, mon grand amour Stéphan, car il ne se passe pas un jour sans que tu me manques. J’aurais aimé vieillir avec toi. J’espère que tu te portes bien. Je n’ai aucune rancune dans mon cœur, mais seulement – et toujours – rien que l’amour. Tu me manques, mais je crois que je te comprends. Maintenant que je ne peux plus m’occuper de toi, je prie Dieu et la Bonne Mère de t’aider un peu dans la solitude que tu t’est choisie. Et qu’ils te feront comprendre que tu est un être humain vulnérable mais aussi très précieux et spécial. J’espère que nous nous retrouverons un jour.